Franca GucciardiFondation McCall MacBain

    Franca est directrice générale de la Fondation McCall MacBain, qui s’est engagée à améliorer le bien-être de l’humanité grâce à des subventions ciblées en éducation, en santé et enenvironnement. Auparavant, elle a été directrice générale de la Fondation Boursiers Loran pendant 13 ans. L’organisme, qui a choisi Franca comme toute première boursière Loran en 1990, est un organisme de bienfaisance qui identifie de jeunes Canadiens exceptionnels qui font preuve de caractère, de service et de leadership et finance leurs études au sein d’universités canadiennes. À ce jour, Loran a octroyé plus de 28 M$ à plus de 2 500 étudiants. Pendant qu’elle était directrice générale, Franca a recueilli un montant cumulatif de plus de 50 millions de dollars et a assuré la gérance de la fondation afin d’offrir le programme de perfectionnement en leadership le plus complet aux étudiants de premier cycle au pays, en lançant ou en revitalisant le programme de mentorat, la retraite annuelle dirigée par des pairs, le programme de stages d’été, l’excursion d’orientation et la stratégie de relations avec les anciens.

    Après avoir grandi en Sicile, Franca a immigré avec sa famille à Toronto dans les années 1980 et a ensuite obtenu un baccalauréat ès arts en sciences politiques et en français de l’Université de Waterloo. Elle a passé un an comme stagiaire parlementaire à l’Assemblée législative de l’Ontario et a travaillé comme productrice adjointe de l’émission Fourth Reading de TV Ontario lors des élections provinciales de 1995. Après avoir obtenu une maîtrise ès arts de l’École Norman-Patterson des affaires internationales, Franca a appris les rouages de la collecte de fonds auprès de Brampton Caledon Community Living, un organisme sans but lucratif qui aide les personnes ayant une déficience développementale à mener une vie enrichissante et intéressante. Elle s’est ensuite jointe aux Prix d’excellence du millénaire du Canada à titre de directrice fondatrice, concevant et mettant en œuvre le programme annuel de 325 M$ dès sa création, avant de retourner à Loran à titre de directrice générale en 2004. Franca est reconnue comme une experte mondiale en bourses d’excellence et est l’auteure de Promouvoir l’excellence? Les bourses d’études au Canada, le premier rapport du genre sur l’évaluation des bourses d’études de premier cycle au pays.

    Faisant valoir l’importance du service communautaire, en particulier chez les jeunes, elle a été membre du comité de sélection des lauréats du prix des nouveaux leaders du Forum des politiques publiques et directrice du conseil d’administration de Bénévoles Canada et du College Montrose Children’s Place. Elle siège actuellement à des conseils consultatifs pour l’Université de Waterloo, l’Université Western, l’Université de Guelph et l’Université McGill.

    Franca a été nommée membre du Forum international des femmes en 2013 et a terminé le programme de bourses de la Leadership Foundation à l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) et à la Harvard Business School (HBS). Cette année-là, elle a fait l’objet d’un article de la chronique Women Worth Watching (femmes à surveiller) de la revue Diversity Journal. Franca détient le titre de directrice agréée, gouvernance décerné par le Directors College, où elle a reçu le Gil Bennett Gold Standard Governance Award pour ses réalisations exceptionnelles (2014). En 2016, elle est retournée au HBS en tant que l’une des deux récipiendaires de bourses du HBS Club de Toronto pour le programme Strategic Perspectives in Nonprofit Management. Parmi les autres marques d’appréciation qu’elle a reçues, mentionnons le prix Sara Kirke décerné par l’Alliance canadienne pour les technologies avancées (CATA) pour l’entrepreneuriat et l’innovation (2015) et le Prix d’excellence des diplômés en arts de l’Université de Waterloo (2017).

    En collaboration avec Alan Broadbent, Franca a coécrit l’ouvrage intitulé You’re It! Shared Wisdom for Successfully Leading Organizations from Both a Seasoned and a First-Time CEO, qui a été publié en mai 2017.

    L’employeur moyen du secteur sans but lucratif est habituellement trop petit pour pouvoir offrir des régimes de retraite traditionnels à ses employés. Un modèle à l’échelle du secteur, comme celui proposé par l’initiative en faveur du Régime de retraite axé sur le bien commun, est opportun, sensé et demande simplement aux organismes sans but lucratif de travailler ensemble et d’utiliser l’une de leurs plus grandes forces – leur nombre même. Fait important, ce modèle fournit aux organismes un moyen d’accomplir ensemble ce qu’ils ne peuvent pas faire seuls, leur permettant ainsi de s’assurer que les besoins des personnes qui travaillent fort pour le bien d’autrui seront comblés lorsqu’elles feront face au type particulier de vulnérabilité associé à l’insécurité financière durant la vieillesse. Je félicite les responsables de l’initiative en faveur du Régime de retraite axé sur le bien commun de poursuivre cette brillante idée.

    Contact Us

    Vous avez des questions sur l’initiative en faveur du Régime de retraite axé sur le bien commun?

    Not readable? Change text. captcha txt