Richard ShillingtonExpert et Chercheur en Politiques Sociales

    Richard Shillington est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en statistiques de l’Université de Waterloo. Il participe depuis 30 ans à l’analyse quantitative des politiques de santé, sociales et économiques. Ses recherches ont porté sur plusieurs domaines stratégiques : la planification de la main-d’œuvre en santé, l’évaluation des programmes, la sécurité du revenu, la pauvreté, la politique fiscale et les droits de la personne. Il a travaillé pour plusieurs ministères provinciaux et fédéraux, ainsi que pour des commissions qui étudient l’économie, l’assurance-emploi, les droits de la personne et la politique fiscale.

    Il comparaît régulièrement devant les comités de la Chambre des communes et du Sénat. Il fournit également régulièrement des commentaires à la télévision, à la radio et dans les journaux sur des questions de fiscalité, de droits de la personne et de politique sociale.

    Sur la scène internationale, M. Shillington travaille sur les indicateurs sociaux pour le Centre de développement des politiques sociales au Pakistan et sur la surveillance des droits de la personne pour la Commission sud-africaine des droits de la personne.

    Parmi ses réalisations dont il est le plus fier, mentionnons l’obtention des prix décernés:

    – par la Société statistique du Canada pour la meilleure thèse de doctorat de l’année au Canada;
    – par le gouvernement fédéral pour la participation des citoyens à la recherche sur les politiques;
    – par la Faculté de mathématiques de l’Université Waterloo pour les réalisations des diplômés.

    Ses principales répercussions sur les politiques sont les suivantes:

    – publication de recherches sur la récupération du Supplément de revenu garanti (SRG) au titre des économies accumulées dans les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER); Les comptes d’épargne libres d’impôt (CELI) qui en découlent ne sont pas la solution qu’il aurait choisie pour régler ce problème;
    – exercer une pression en vue de l’inscription automatique à la Sécurité de la vieillesse (SV) et au SRG en soulignant le nombre d’aînés qui ne reçoivent pas le SRG auquel ils ont droit.

    La main-d’œuvre du secteur sans but lucratif au Canada est mal servie par le système actuel de soutien à la retraite (Régime enregistré d’épargne-retraite [REER] / pension traditionnelle). C’est parce qu’elle se compose souvent de travailleurs à faible revenu ou à temps partiel dont le taux de roulement est supérieur. Le Supplément de revenu garanti (SRG) réduit la pension, les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) et celles provenant d’un REER. C’est pourquoi j’appuie l’initiative en faveur du Régime de retraite axé sur le bien commun, qui utilise des instruments d’épargne conçus pour mieux fonctionner pour cette population.

    Contact Us

    Vous avez des questions sur l’initiative en faveur du Régime de retraite axé sur le bien commun?

    Not readable? Change text. captcha txt